[Aller au menu]

Actualités

  • Partager : Facebook
  • Partager : Twitter
  • Partager : Linkedin
  • Partager : Viadéo
  • François Hollande s’est rendu mercredi 4 mars dans l’usine Dassault Aviation pour saluer le premier contrat à l’export du Rafale. C’était la première visite d’un président de la République sur le site historique du groupe fondé par Marcel Dassault il y a 70 ans. 

    Si les moteurs de l’avion sont construits à Corbeil-Essonnes, la verrière à Poitiers et le fuselage à Argenteuil, le Rafale est majoritairement un avion aquitain : le tronçon arrière et l’empennage sont fabriqués à Biarritz et les ailes à Martignas-sur-Jalles. L’avion est enfin assemblé à Mérignac, dont il utilise aussi les pistes de l’aéroport.

    Le Rafale intègre également des technologies embarquées développées par plusieurs centaines de sous-traitants. Au total, la production du Rafale emploie 7.000 personnes chez Dassault et ses partenaires locaux.

    Pour mémoire, le Rafale a déjà été vendu à 137 exemplaires à l'armée française et l'État avait prévu d'en acheter 11 cette année, 11 l'an prochain et 6 en 2016. Le contrat avec l’Egypte viendra en déduction de ce total. Les trois premiers avions sont d’ailleurs actuellement en cours d’assemblage et seront livrés fin août.

    François Hollande a insisté, au cours de son allocution sur le poids à l’export de l’aéronautique (23 milliards d’euros) et a annoncé le lancement dans les prochains jours du plan «usines du futur», visant à identifier et soutenir les entreprises les plus innovantes. 

  • Dans la continuité du courrier qu’ils avaient adressé au Premier Ministre le 16 février dernier, les actionnaires locaux de la société aéroportuaire (Chambre de commerce, Conseil régional, Conseil général, Métropole, villes de Bordeaux et Mérignac) ont organisé un point presse, jeudi 5 mars, au musée d’Aquitaine, pour réaffirmer la vocation publique de l’aéroport.

    Alain Anziani a notamment insisté sur le « label confidentiel défense » de l’aéroport, dû non seulement à la présence militaire importante, mais aussi à la présence croissante d’industries stratégiques. Pour Alain Anziani, les contraintes de sécurité doivent continuer à se traduire dans la composition du capital de la société aéroportuaire.

    Les différents intervenants ont également rappelé le poids économique de l’écosystème de la plate-forme aéroportuaire, dont une étude de la chambre de commerce vient de révéler la très forte croissance (+28% depuis 2012).

  • Vingt-neuf ans après son père Joël, Jauffrey Mauvigney a remporté le concours de Meilleur Ouvrier de France (MOF), lors du salon de l'agriculture, dans la catégorie charcuterie. Joël Mauvigney est président de la confédération nationale des charcutiers-traiteurs.

    C’est en 1963 que le grand-père de Jauffrey Mauvigney a ouvert le premier établissement avenue de la Libération. L’établissement a ensuite déménagé en 1997 dans son local actuel (3, avenue Jean-Mazarick).

    Le commerce emploie actuellement une dizaine de personnes et réalise près de 800.000 euros de chiffre d’affaires, en progression constante.

  • Le club des entreprises de Mérignac est depuis 19 ans un acteur essentiel du développement économique de la ville. Il recense près de 300 membres, soit 20% des entreprises de la ville et sa pérennité, indépendamment des cycles...

  • Après avoir enregistré une hausse de trafic de 7,1 % en 2014, l'aéroport poursuit sur sa lancée pour le premier mois de 2015. La plate-forme bordelaise a ainsi accueilli 314.400 passagers en janvier, soit une croissance de 6,3 % par rapport à la même période l'année dernière.

    Le trafic régulier domestique a enregistré 204.800 passagers en janvier, en légère progression (1,7 %). Les dessertes vers Paris stagnent. Charles de Gaulle affiche une légère baisse de 1,5% liée à la diminution de l’offre (5 fréquences quotidiennes contre 6 un an plus tôt) tandis qu'Orly renoue avec la croissance (+2,5 %). Nice et Marseille ont également présenté de bons résultats avec des progressions respectives de 11,2 et 12,8%.

    Le trafic régulier international a lui progressé de 15,8 % pour atteindre 107.700 passagers. La plus belle croissance dans les zones européennes a été enregistrée sur les vols vers le Benelux (Amsterdam, Charleroi et Bruxelles notamment) avec 21.800 voyageurs. La desserte de la capitale belge sera d’ailleurs renforcée dès fin mars avec les 4 vols hebdomadaires de Brussels Airlines. Le trafic de l’Europe du Sud est également en forte croissance avec une hausse de 14,4 %.

  • La nouvelle directrice générale d’Acteon, Marie-Laure Pochon, a précisé en début de semaine les futurs axes stratégiques du groupe (5 sociétés en France, six filiales commerciales, 3 sites de production et 7 bureaux commerciaux), à la suite de son rachat l’été dernier par le fonds d’investissement Bridgepoint.

    Pour la directrice générale, Acteon ne progresse plus depuis que l’entreprise a atteint le statut d’entreprise multinationale en 2010, principalement par défaut d'organisation (11 lieux de stockage et de distribution en Europe par exemple). La première décision stratégique est donc de centraliser la distribution à Mérignac, site sur lequel 2,5 millions d’euros vont être investis.

    La stratégie de reconquête commerciale passera également, à partir de début mars, par le lancement de trois nouveaux produits et surtout par de gros efforts de développement à l’export. Bridgepoint s’est fixé comme objectif de  multiplier par 2,5 son chiffre d'affaires dans les années qui viennent.

  • Quelques jours à peine après le premier vol du Falcon 8X (le 6 février), Dassault Aviation a annoncé  le 12 février l’accord de vente à l’Egypte de 24 exemplaires du Rafale. La dernière page du contrat doit encore faire l’objet d’une double signature : celle du président égyptien et celle d’un représentant de l’Etat français.

    D’après Le Monde, le dossier égyptien a été bouclé en trois mois, ce qui représente un délai extrêmement court pour des négociations de cette nature. La signature officielle est prévue pour le 16 février. C’est la première fois que l’appareil trouve preneur à l’étranger.

    Pour mémoire, l’Egypte est un partenaire historique des industriels de l’armement français, puisqu’il a notamment été le premier client à l’exportation du Mirage 2000 en 1981. L’histoire se répète donc, trente-quatre ans plus tard.

    Le groupement d'intérêt économique (GIE) Rafale est emmené par Dassault Aviation et constitué des équipementiers Thales et Safran. Dassault Aviation supervise environ 60% de la valeur de l'avion et Thales près d'un quart du Rafale qu'il équipe en radars, équipements de communication et de calculateurs.

    Safran, qui fournit selon les versions des moteurs, des équipements, des systèmes de navigation et des armements, évalue à une vingtaine de millions d'euros le chiffre d'affaires qu'il réalise sur chaque appareil.

    Il faut 24 mois pour produire un Rafale, qui comporte 30.000 pièces, 25 km de câblage, 300.000 fixations, et représente à son rythme actuel de production 7.000 emplois chez Dassault Aviation et les 500 entreprises associées au programme.

  • Inauguré le 26 juillet dernier, le restaurant à thème Le Rocher des Pirates implanté dans le village Decathlon vient de fêter ses six mois d’existence et affiche des premiers résultats prometteurs.

    Ouvert sept jours sur sept midis et soirs, l’établissement enregistre en moyenne 450 couverts par jour avec des pics de fréquentation le week-end (plus de 2.000 couverts servis). Avec un ticket moyen de 21 euros et une fréquentation élevée, l’établissement devrait réaliser un chiffre d’affaires supérieur à son prévisionnel pour sa première année d’exploitation.

    A noter qu’avec 40 salariés, le Rocher des Pirates est le premier employeur du domaine de la restauration proposant un service à table à Mérignac.

  • MTE - Mallet Transports Express

    Le 11 février 2015

    Mallet Transport Express (MTE) vient de s’implanter au 5, rue Gustave Eiffel, dans un local d’activité et une emprise foncière de 5.000 m², un temps occupés par Lavendon, avant son déménagement à Saint-Jean d’Illac.

    Comme son nom l’indique, MTE, qui était précédemment implantée à Cenon, est spécialisée dans le transport routier. L’entreprise a été reprise en 2008 par Philippe Cohen, qui dirige deux autres entreprises de commerce de gros. Le site de Mérignac emploie 28 personnes.

  • Le parc d’activités de Vert Castel va accueillir un restaurant gastronomique italien. L’établissement s’implantera dans un local de 300 m², dans un immeuble neuf de 3.400 m² situé à l’entrée du parc. La transaction a été réalisée par Area Tertiaire et l’ouverture est programmée pour le quatrième trimestre 2015.

    La construction de l’usine de Sud-Ouest Caoutchouc, spécialisée dans la distribution et la transformation des caoutchoucs industriels, devrait par ailleurs démarrer dans les prochaines semaines. Pour mémoire, le bâtiment de 2.500 m² et ses aménagements devraient représenter un investissement estimé à 2.300.000 euros.

    Après SDA et Technofluides, Sud-Ouest Caoutchouc sera la troisième entreprise de Bordeaux Aéroparc implantée dans le parc d’activités de Vert Castel.

  • Les 25 hôtels et résidences hôtelières de Mérignac ont enregistré en 2014 32.000 nuitées de plus que l’année précédente, passant de 630.000 à 662.000 (+5%) soit 1.814 par jour en moyenne.

    Les nuitées des 21 hôtels ont augmenté de 2,7% (361.000) avec l’ouverture en juillet dernier du complexe Campanile/1ère Classe. Les 5 résidences hôtelières ont quant à elles réalisé les 301 000 nuitées restantes, soit une progression de 8%.

    Le mois d’août a été le plus actif avec un record de 79.500 nuitées (2.654/jour).

    Enfin, les trois établissements enregistrant le plus de nuitées sont des résidences hôtelières (All Suites Appart Hotel,  Appart’City et Quality Suites) précédant ainsi les hôtels du groupe Accor et deux autres résidences de tourisme. Conséquence de la progression du trafic low cost, le lien entre la croissance du nombre de passagers (+ 7,1%) et celui des nuitées (+ 5%) continue de s’affaiblir.

  • Grand Frais ouvre ses portes

    Le 06 février 2015

    Grand Frais ouvre un magasin « nouvelle génération » mercredi 11 février, à l'angle des avenues de la Grange Noire et de Magudas. Il s’agit du 145ème établissement de l’enseigne et du premier magasin de Gironde, avant celui de La Teste-de-Buch le 18 mars.

    Le concept de Grand Frais est de réunir, sous une seule halle, plusieurs commerçants indépendants, spécialisés et locaux, qui animeront leur propre univers de primeurs, de «produits du monde», de boucherie, de crèmerie ou de boulangerie. Chaque magasin se constitue sous la forme d'un Groupement d'Intérêt Economique (GIE).

    Grand Frais est situé sur une parcelle de 9.000 m² et s'étend sur 990 m² de surface commerciale. L'ouverture du magasin aura nécessité un investissement de près de 3 millions d’euros (hors foncier) et entraînera la création de 51 nouveaux emplois.

  • A l’occasion de l’inauguration de ses nouveaux locaux, Dolist a réuni jeudi 22 janvier dernier plus d’une centaine de collaborateurs et de partenaires. Dolist a également présenté à cette occasion ses objectifs 2015 avec le développement de son pôle commercial (et la nomination d’un nouveau directeur) et de sa division consulting.

    L’entreprise vient par ailleurs d’annoncer trois nouveaux contrats : JCDecaux (affichage), Heurtey Petrochem (pétrochimie) et Bastide Le Confort Médical (matériel médical et paramédical).

  • La 7ème édition du Forum des créateurs du Club des Entreprises se tiendra jeudi 5 février au pavillon du Pin Galant à partir de 14h00.

    Ce salon, ouvert à tous, proposera comme tous les ans des pôles de compétence conseil aux chefs d’entreprises et aux porteurs de projet : comptabilité, communication, développement commercial, pilotage d’entreprise, immobilier avec des entreprises partenaires. Tous les institutionnels de la création d’entreprise seront également présents.

    Un espace « Réseaux » sera mis en place où seront réunis d’autres clubs d’entreprises et réseaux professionnels. Un « business meeting » ouvert à tous sera enfin organisé à 15h00.

  • D’une extension à l’autre

    Le 02 février 2015

    La prochaine étape du développement du tram sera son extension de la station Quatre Chemins à l’aéroport (4 kilomètres environ). La décision a été confirmée officiellement par la communauté urbaine en septembre 2014 pour une mise en service à partir de 2019. Le coût des futurs travaux est aujourd’hui estimé entre 85 et 105 millions d’euros.

    Le tracé définitif n’est pas encore arrêté, mais la future ligne devrait desservir des polarités aussi importantes que l’aéroport (2.000 emplois et 5 millions de passagers par an), le parc hôtelier et les zones d’activités situées le long de l’avenue Kennedy (10.000 emplois et 500.000 nuitées par an) ou la zone commerciale située autour de Mérignac Soleil (2.200 emploi et 7 millions de visiteurs par an).

    Dans l’attente de futures études plus poussées, l’observatoire économique de la ville de Mérignac estime entre 15 et 20 millions le futur trafic de passagers pour ce seul tronçon.

  • Le tram, dont différentes extensions de lignes ont été inaugurées samedi 24 janvier, est également une grande aventure économique. Depuis février 2000, le réseau constitué de trois lignes, de 44 kilomètres de tracé, de 15 parcs relais, de 90 stations et de 122 rames, a ainsi représenté 690 millions d’euros d’investissement.

    La ligne A a été prolongée une première fois de Saint-Augustin à Mérignac centre en 2007. L’extension suivante (3,6 kilomètres) a démarré en 2011 pour une fin de travaux en décembre 2014 et un mois de test. L’investissement de cette nouvelle extension est de 106 millions d’euros.

    Selon le rapport annuel de la TBC, la fréquentation de la ligne A (41% de la longueur du réseau) a été de 30 millions de passagers en 2013. Il faut noter enfin que trois entreprises mérignacaises ont participé à l’aventure : Ingerop pour les études préalables à la construction des lignes et des parcs relais, Moter, pour la construction des voies ferrées, et Brettes Paysage, pour les espaces verts.

  • Un nouveau point de restauration a ouvert ses portes mardi 27 janvier au sein de Décathlon Village (ex Oxylane Village). C’est La Pataterie qui s’y est installée, dans un nouveau bâtiment situé entre Truffaut et Aqualigne, à l’entrée de la Prairie. Ouvert 7 jours sur 7, le restaurant de 340 m² dispose de 140 places (hors terrasse) et emploiera à terme 14 salariés.  

    C’est le quatrième établissement de l’enseigne dans l’agglomération après Le Haillan, Villenave d’Ornon et Ambarès-et-Lagrave. Le franchisé du nouveau restaurant, également responsable de celui du Haillan, a pour objectif de servir 180 couverts par jour.

    Après la récente ouverture du Rocher des Pirates, l’arrivée de la Pataterie vient compléter l’offre en portant à 5 le nombre de restaurants dans le village sportif (La Criée, Courtepaille, Terracotta).

  • L’enseigne Barbecue and Co est sur le point d’ouvrir un établissement en franchise au 34, avenue de l’Argonne, à l’emplacement actuellement occupé par Mérignac Pas Cher. Le projet est porté par deux anciens cadres de la région parisienne, décidés à créer leur propre activité.

    Le marché du barbecue est actuellement partiellement occupé par les magasins de bricolage et les jardineries, mais aucun spécialiste n’est encore positionné sur la totalité de la gamme. Barbecue and Co proposera donc une offre nouvelle à Mérignac.

    Le projet s’accompagnera d’un travail sur l’intégration paysagère du magasin  (900 m²). Les travaux ont démarré et l’ouverture est prévue début mars. Le recrutement de deux personnes (pour 1,5 ETP) est prévu.

  • Freemoos, qui est la marque commerciale de la société Cyclauto, vient de louer 718 m² dans le parc d’activités de Vert Castel, sur la parcelle de la société Proseco. Freemoos, qui s’implante pour la première fois hors Ile-de-France (la société compte déjà des boutiques à Paris, Port-Marly et Cergy), commercialisera des vélos électriques. 

    La SAS Cyclauto a été créée en 2008 et a réalisé un chiffre d’affaires de 1,2 millions d'euros en 2013. Les travaux d’aménagement du magasin de Mérignac ont démarré. L’ouverture est prévue début mars.

    La transaction a été réalisée par CBRE.

  • Le premier festival du film d'entreprise de Mérignac s’est déroulé jeudi 22 janvier au Mérignac-Ciné. Cette première édition a réuni une dizaine de nominés pour de très courts films (moins de deux minutes) présentant une entreprise.

    Trois prix ont ensuite été décernés par un jury présidé par Paul Brilli. Le prix de la créativité a été remis au Sam Omnisports et à Camp in Van, celui de la présentation commerciale à Fidaquitaine et celui de la réalisation à Altea Formation.

    Les films des lauréats bénéficieront d’une diffusion régulière au Mérignac-Ciné et sont disponibles sur le site du club des entreprises. La deuxième édition du festival est d’ores et déjà programmée pour janvier 2016.

  • La version 2 du site Mérignac Capitale Aéronautique a été mise en ligne jeudi parallèlement à la présentation de l’annuaire. Avec un agenda repensé, des filtres de recherches plus complets, un plan interactif plus intuitif et une meilleure ergonomie, l’office de tourisme numérique fait peau neuve.

    Mais la principale nouveauté de cette seconde version est la mise en ligne de l’annuaire des entreprises. Accessible à l’adresse http://annuaire.merignac-capitale-aeronautique.com, 1.600 entreprises y sont référencées et classées par activité et par filière. A chaque établissement correspond une fiche avec les coordonnées, une description de l’activité, ses dernières actualités et sa localisation.

    Outil de marketing territorial, cet outil est également mis à disposition des entreprises de Mérignac qui peuvent modifier leur propre fiche. Le site a enregistré 53.000 visiteurs uniques en 2014 (1ère année pleine). L’objectif est de multiplier la fréquentation par 3.

    http://annuaire.merignac-capitale-aeronautique.com

  • Le club des entreprises organise une double présentation exceptionnelle, jeudi 22 janvier, à partir de 17h30 au Mérignac Ciné (6, place Charles de Gaulle). La manifestation commencera par les projections des réalisations et la remise des prix du festival du film d’entreprise. Pour cette première édition, une dizaine d’entreprises participeront.

    La soirée se poursuivra, à partir de 19h30, par la présentation de l’annuaire des entreprises de la ville. Fruit du partenariat entre le club et l’observatoire économique de la ville de Mérignac pour la cinquième année consécutive, l’annuaire recense les 1.500 entreprises du territoire.

    Confié pour la première fois à l’agence de communication Covision, l’annuaire est un outil majeur de liaison entre les entreprises et de développement économique. Il est imprimé chaque année à plus de 5.000 exemplaires.

  • Easy Live lève 800.000 euros

    Le 20 janvier 2015

    Créée il y a deux ans, la société Easy Live, dont le siège est situé rue de Marseille, spécialisée dans la retransmission d’événements, notamment sportifs, sur Internet, vient de réaliser une levée de fonds auprès de Galia Gestion (Caisse d’Epargne de Poitou-Charentes) et Aquiti Gestion (ACI) de 800.000 euros. Deux des fondateurs de l’entreprise sont originaires de l’agglomération bordelaise.

    La société dégage des bénéfices depuis sa création en 2012 et vend son service sous forme de licence à l’année. Le procédé permet aux utilisateurs de la solution Easy Live de personnaliser leurs vidéos et de les envoyer, en un clic, en live depuis un smartphone, une tablette ou une caméra, simultanément sur toutes les plateformes vidéos et sociales de type Daily Motion, You Tube ou Facebook.

    Easy Live fait actuellement travailler sept personnes, mais devrait rapidement passer la barre des 10 salariés et le mouvement devrait s'accélérer en 2015 avec le recrutement d’ingénieurs informatiques et de commerciaux. Easy Live permet actuellement de produire 130 heures de direct par jour, mais ses dirigeants estiment qu'elle devrait produire 10 millions de vidéos par an à partir de 2016.

  • Des nouvelles de Thales

    Le 19 janvier 2015

    Thalès a dévoilé la semaine dernière de nouvelles formes d’organisation et de collaborations, à base d'espaces coopératifs et de tables tactiles, testées actuellement par une centaine de salariés sur le site du Haillan et qui pourraient être mises en place sur le futur site de Mérignac. L'objectif est de créer les conditions pour favoriser la diffusion de l'innovation et le travail collaboratif. 

    Si l'on additionne les deux sites de Pessac et du Haillan, on obtient 2.000 salariés auxquels s'ajoutent environ 300 personnes (partenaires et prestataires...). Mais les effectifs totaux pourraient s’élever à 2.600 personnes ou plus si les orientations stratégiques de Thales Avionics, qui a annoncé vouloir réunir à Mérignac une grande part de son centre de R&D ainsi que sa direction générale, se confirment.

    En termes de calendrier, le défrichage de la parcelle est désormais totalement terminé. Les travaux de terrassement vont débuter et la première pierre devrait être posée fin mars ou début avril. La livraison du campus ultramoderne Air Innov reste prévue pour 2017.

  • L’aéroport de Bordeaux-Mérignac termine l’année 2014 avec près de 5 millions de passagers, en progression de 7,1% par rapport à 2013, ce qui le place au 1er rang de la croissance des grands aéroports régionaux français devant Nantes-Atlantique, qui dépasse cette année les 4 millions de passagers (+ 5,5%), et Nice (+1%). Ce chiffre intègre pour la première fois les passagers en transit (30.000 personnes ; -30%). Tous les autres aéroports voient leur trafic diminuer.

    Même si l’aéroport reste un aéroport d’affaires dominé par les destinations domestiques, c’est le low cost et les vols internationaux, notamment européens, qui tirent la croissance, avec par exemple 90% des ouvertures de ligne. Depuis 5 ans, le trafic international a progressé de 113%, passant de 1.003.000 à 2.150.000 passagers.

    Les cinq premières destinations concentrent près de 70% du trafic. Il s’agit respectivement de Paris (1.539.000 passagers ; 31% du trafic total), Lyon (684.532 ; 13%), Londres Gatwick et Luton (503.439 ; 10%), Genève (363.148 ; 7%) et Marseille (304.200 ; 6%). Air France (+ Hop !) et Easyjet concentrent à eux deux 69% du trafic.

  • Le club des entreprises organise depuis le 15 décembre 2014 la troisième édition du « challenge de la jeune entreprise », dont le but est de promouvoir et récompenser les jeunes entreprises locales. L’originalité du concours est d’offrir un package complet d’accompagnement par des partenaires et non une simple dotation financière. 

    C’est ainsi que le challenge est doté d’un chèque de 1.000 euros, d’un audit de l’entreprise ou du projet d’entreprise offert (Galysto), d’un coaching du dirigeant (Profiloconseil), d’une remise de 500 euros sur un pack création (Soregor) et du maquettage et du graphisme de cartes de visite (Studioxine). Tous les finalistes bénéficieront par ailleurs d’une exposition grâce à la communication autour de ce challenge (site internet, presse, soirée de récompense)

    Le concours est ouvert aux entreprises de moins de trois ans domiciliées en Gironde. Le jury est composé de membres de la commission, de membres du club, de professionnels de la création d’entreprises et nouveauté de cette troisième édition, d’anciens participants au Challenge. Les prix seront remis le 5 février prochain.

    www.club-entreprises-merignac.com 

  • Lancé en 2013, l’office de tourisme numérique Mérignac Capitale Aéronautique a connu sa première année pleine en 2014 au cours de laquelle le site a enregistré au total 53.000 visites, soit près de quatre fois plus que l’année 2013 et ses 14.000 visites (+278%). 100.000 pages y ont été consultées (contre 37.000 en 2013).

    L’origine géographique des 43.000 internautes uniques reste globalement inchangée même si l’on constate une augmentation de la part des franciliens. L’Aquitaine arrive ainsi sur la première marche avec 59% du visitorat (dont 32% depuis Bordeaux et 13% depuis Mérignac) devant l’Ile-de-France et ses 23% (+8 points par rapport à 2013).

    La part des connexions depuis des terminaux mobiles continue quant à elle sa progression puisque 3 connexions sur 10 ont été effectuées depuis un mobile et 1 sur 10 depuis une tablette. A noter enfin que près des trois quarts des visites ont pour origine les moteurs de recherche.

    La version 2 du site, qui verra l’apparition d’un annuaire des entreprises en ligne, est en cours de finalisation et sera accessible dès le 22 janvier, date de la présentation de la version papier de l’annuaire par le club des entreprises. Cette nouvelle fonctionnalité devrait accroître considérablement la fréquentation du site.

  • Quelques mois après son rachat par le fonds d’investissement Bridgepoint, Acteon a présenté mercredi 7 janvier un nouveau projet d’entreprise ambitieux, dominé par l’innovation, la croissance et le développement de sa compétitivité à l’international. Selon le communiqué officiel, « 2015 doit être l’année de la refondation du groupe ».

    La direction prévoit notamment des investissements significatifs dans des infrastructures de distribution ultramodernes, une centralisation des fonctions support, des créations de postes, des transferts et des suppressions, en France et dans les filiales du groupe.

    Le plan de développement d’Acteon, qui emploie 280 personnes dans la zone du Phare, sera doublé d'un plan social qui concernera 42 salariés en France, dont 26 à Mérignac et dix transferts. Dix créations de postes sont aussi annoncées. L’impact définitif en termes d’emploi ne sera pas connu avant plusieurs semaines.

    Le plan prévoit enfin le recentrage sur Mérignac de toutes les fonctions logistiques du groupe, ce qui se traduira par un investissement de 8 millions d’euros.

  • Alain Anziani a consacré une large partie de son discours des vœux aux personnalités du 7 janvier à l’effort de développement économique. En revenant sur l’article de Sud Ouest du 16 décembre,  il a notamment rappelé que le « miracle mérignacais » n’était pas un phénomène acquis et qu’il était nécessaire d’être « plus offensif en termes d’attractivité », notamment dans un contexte de raréfaction de l’argent public.

    Il a également insisté sur la question de la mobilité et sur la menace de paralysie des zones d’activités. Si l’étape majeure viendra en 2019 avec le tramway, il a tenu à rappeler aux acteurs économiques l’importance que la ville accordait à cette dimension en insistant sur sa responsabilité d’organiser la mobilité.

    Alain Anziani a enfin conclu le chapitre économique par la question de la privatisation de l’aéroport. S’il a rappelé la bonne santé économique de la société aéroportuaire, grâce notamment au low cost, il a réaffirmé sa position pour que cet outil reste sous maîtrise publique, « et même sous maîtrise des collectivités territoriales », « l’aéroport de Mérignac est le seul, parmi les grands aéroports français potentiellement concernés par une vente des parts de l’État, à concilier un usage civil et militaire ».

  • Marwan Lahoud, directeur de la stratégie d’Airbus, a confirmé mercredi 7 janvier l’implantation à Mérignac de l’usine d’assemblage de l’e-fan, l’avion électrique développé par Airbus. Le projet, porté par  sa filiale Volt'Air SAS, représentera un investissement de 20 millions d'euros et la création d’une centaine d’emplois. La production devrait démarrer d’ici deux ans. Une cadence de 80 avions par an sera ensuite attendue. Produire à cette échelle un avion 100 % électrique sera une première mondiale.

    Cet avion, laboratoire technologique d’Airbus, vise à mieux maîtriser la propulsion électrique dans l’aéronautique.  L’objectif du groupe est de proposer à 10 ans un avion de quatre places, puis un avion de transport à 20 ans.

    Pour mémoire, ce projet est accompagné depuis 2013 par les équipes de Bordeaux Technowest. L’avion avait d’ailleurs été hébergé à l’Institut de Maintenance Aéronautique avant de réaliser son premier vol d’essai sur le tarmac de notre aéroport en avril 2014. La société Voltair avait ensuite été créée et domiciliée en juillet dernier au centre de services de la rue Marcel Issartier.

    La fusion des deux filiales et sous-traitants d’Airbus,  Sogerma et Aerolia, est par ailleurs effective depuis le 1er janvier sous le nom de Stelia. La nouvelle entité est désormais leader mondial des sièges pilotes et leader européen  (numéro 3 mondial) des aérostructures. 

  • Après l'acquisition foncière fin 2013 de 31 hectares auprès du Groupe Industriel Marcel Dassault, la CUB vient d'acquérir une parcelle de terrain nue de 39 000 m² chemin du Phare.

    Cette transaction entre elle aussi dans le cadre de la réalisation de la voie nouvelle Marcel Dassault qui reliera le rond-point des Girondins de Bordeaux au chemin de Vert Castel, une partie de la propriété se situant sur son tracé. 

  • En 2014, l'aéroport de Bordeaux-Mérignac a enregistré 17 ouvertures de lignes par 8 compagnies aériennes :

    1. 6 février : ouverture de Bordeaux-Londres Stansted par Ryanair
    2. 30 mars : ouverture de Bordeaux-Bruxelles par easyJet
    3. 30 mars : ouverture de Bordeaux-Amsterdam par easyJet
    4. 1er avril : ouverture de Bordeaux-Marrakech par easyJet
    5. 12 avril : ouverture de Bordeaux-Palma de Majorque par Volotea
    6. 12 avril : ouverture de Bordeaux-Figari par Volotea
    7. 13 avril : ouverture de Bordeaux-Calvi par Volotea - non reconduit en 2015
    8. 14 avril : ouverture de Bordeaux-Héraklion par Aegean Airlines
    9. 28 avril : ouverture de Bordeaux-Genève par Etihad Regional - non reconduit en 2015
    10. 8 mai : ouverture de Bordeaux-Zurich par Helvetic Airways
    11. 14 mai : ouverture de Bordeaux-Birmingham par Flybe
    12. 30 mai : ouverture de Bordeaux-Naples par Volotea
    13. 2 juin : ouverture de Bordeaux-Valence par Volotea
    14. 12 juin : ouverture de Bordeaux-Istanbul par Turkish Airlines
    15. 28 juin : ouverture de Bordeaux-Belfast par easyJet
    16. 19 décembre : ouverture de Bordeaux-Pise par Volotea
    17. 21 décembre : ouverture de Bordeaux-Fuerteventura par Volotea
  • Trois mois après la tenue des salons des drones (UAV) et de la maintenance aéronautique (ADS), les chiffres clés et les résultats de l'enquête de satisfaction ont été dévoilés.

    Les deux événements qui se déroulaient conjointement sur la base aérienne 106 de Mérignac les 9, 10 et 11 septembre 2014 auront attiré 6.500 visiteurs dont plus de 3.600 le jour de l'ouverture. 11 tables rondes, 30 démonstrations de drones en vol et près de 1.050 rendez-vous d'affaires auront été organisés.

    Au-delà d'un visitorat croissant, les salons ont fortement attirés les médias avec la présence de 70 journalistes (contre 20 en 2012) et un total de 253 retombées - dont 190 retombées presse - soit une croissance de 40% par rapport à 2012.

    Qu'il s'agisse des visiteurs ou des 160 exposants présents, le taux de satisfaction a également été important avec 93% de réponses positives. Enfin, 98% des personnes interrogées envisagent de participer aux prochaines éditions. 

  • Dominé par le budget primitif 2015, le conseil municipal du 19 décembre a également été l'occasion de présenter le plan pluriannuel d'investissement. Au total, ce sont 85 millions d'euros qui seront consacrés aux investissements durant la mandature. Malgré un contexte économique difficile, Mérignac maintient donc son haut niveau d'investissements, celui-ci ayant représenté 80 millions d'euros lors du précédant mandat. 

    Dans ce total, 61 millions seront dédiés à des opérations spécifiques, où l'éducation/la petite enfance est le principal poste de dépenses prévu avec une enveloppe de 17 millions d'euros, précédant ainsi le développement urbain (16 millions d'euros).

    Le sport représente le troisième secteur avec 12 millions d'euros dont 10 seront consacrés au stade nautique. Aux dimensions d'une piscine olympique, cet équipement qui pourra ainsi accueillir des événements internationaux recevra le label de stade métropolitain.

    Le solde (24 millions) permettra quant à lui de financer des opérations récurrentes portant sur l'entretien du patrimoine de la ville et sur le renouvellement du mobilier urbain. 

  • Avec une croissance du trafic de l'aéroport (4,9 millions de passagers prévus en 2014), le développement de l'Aéroparc, et la présence d'importantes zones d'activités économiques et commerciales, la zone aéroportuaire est aujourd'hui confrontée à des problèmes d'engorgements routiers.

    Afin d'y remédier et ainsi pérenniser l'attractivité, le rayonnement et la compétitivité de ce secteur, la communauté urbaine a adopté plusieurs objectifs en vue d'améliorer la desserte en transport en commun de cette zone : la création d'une liaison structurante entre l'aéroport et Bordeaux par la mise en place d'un transport en commun en site propre (prolongement du tramway) et desservant Mérignac-Soleil, la création d'une liaison en transport en commun entre la zone aéroportuaire et le réseau ferroviaire, la restructuration du réseau de bus et l'amélioration des aménagements en faveur des modes doux.

    Une concertation publique sera prochainement ouverte pour présenter le projet et recueillir les avis des usagers. Un dossier de présentation et un registre de concertation seront mis à disposition pour une durée de 6 mois. 

  • La Communauté Urbaine de Bordeaux, la ville de Mérignac et l'opérateur Progefim (groupe Cassous) ont signé un protocole partenarial afin de mener à bien les opérations d'aménagement du futur parc d'activités Vert Castel 2. Les engagements respectifs des trois acteurs ont ainsi été formalisés et un calendrier prévisionnel a été défini.

    Située dans le périmètre de Bordeaux-Aéroparc, l'opération s'inscrit dans la continuité géographique et économique du parc Vert Castel 1 lancé en 2010. Sur un périmètre de 19 hectares au nord de ce dernier, 80 000 m² de surface de plancher seront développés sur 35 lots maximum. A la clé de cette seconde tranche : 800 emplois.

    Pour mémoire, l'opération Vert Castel 1 qui s'étend sur 8,5 hectares et dont la commercialisation est aujourd'hui achevée, a entraîné l'implantation de près de 50 entreprises, la création de 400 emplois et un investissement privé d'environ 16 millions d'euros.

    Les travaux devraient débuter à la fin de l'année 2015 pour une livraison courant 2016.

  • Le comité de sélection de Bordeaux Technowest a retenu, jeudi 18 décembre, trois nouvelles candidatures pour intégrer la pépinière-incubateur de Bordeaux Aéroparc. Ces trois projets rejoindront 16 autres start-up, qui représentent déjà 58 emplois. Tous ces projets, à forte valeur ajoutée, sont dédiés aux activités ASD.

    Hawk (« faucon », en anglais), tout d’abord, souhaite devenir « la »  place de marché pour les fabricants, les opérateurs et les utilisateurs de drones civils. Sur la base de cas pratiques, Hawk donne au client final la possibilité de comparer son besoin à une base de données de missions déjà réalisées et de contractualiser directement avec un fournisseur. Hawk valide ensuite l’intégrité, la compétence, la pertinence et la sécurité des prestations.

    SkEyeTech, ensuite, développe et commercialise un système embarqué autonome en exploitant un procédé de vision intelligente. L'un des premiers marchés à bénéficier de cette technologie sera celui des drones civils, dès 2015. SkEyeTech est issu du partenariat entre l’ENSAM et Bordeaux Technowest signé en septembre dernier.

    I-Sea, enfin, utilise les satellites, l’instrumentation in situ et les drones maritimes pour l’observation du littoral. I-Sea fournit des solutions permettant de résoudre les problématiques environnementales pour la qualité des milieux aquatiques, la dynamique des systèmes fluviaux, estuariens, lagunaires et côtiers. C’est la première start-up de la technopole dirigée par une femme.

  • La Communauté Urbaine de Bordeaux a récemment mandaté la technopole Bordeaux Technowest pour piloter la mise en place d’un Plan de Déplacement Inter-Entreprises (PDIE) à l’échelle du parc technologique Bordeaux Aéroparc. 

    A cheval sur les communes de Saint-Médard-en-Jalles, du Haillan et de Mérignac, ce parc accueille actuellement plus de 20.000 salariés chaque jour, et quelques milliers supplémentaires dans les années à venir avec les projets de Thales, Dassault Aviation et la création de nouvelles zones d’activités comme Vert Castel 2. La question de la saturation du réseau routier se pose d’ores et déjà et ce PDIE aura pour objectif de rationaliser les déplacements dans ce périmètre.

    Dassault Aviation, Thalès, l’aéroport, Herakles, Sabena Technics, Airbus Defence & Space, Stelia (ex-Sogerma) et Steris participeront à cette étude qui devrait démarrer dans les prochaines semaines. 

  • Créée en 1999, la société Les Whiskies du Monde, importateur et distributeur de whiskies, rhum et spiritueux, a récemment quitté ses locaux de Pessac pour s’implanter dans 250 m² de bureaux dans le parc d’activité Cadéra Nord. 

    Distributeur auprès de professionnels en France et en Europe (cavistes, grossistes, épiceries fines, CHR et grande distribution), la société devrait livrer cette année 400 000 bouteilles et réaliser un chiffre d’affaires de 5,5 millions d’euros, soit une croissance de plus de 50% par rapport à l’année précédente (3,6 millions d’euros en 2013).

    L’entreprise représente aujourd’hui une équipe de 8 personnes à Mérignac auxquelles viennent s’ajouter 50 représentants indépendants à travers la France.

  • Le Falcon 8X a été officiellement présenté mercredi 17 décembre à l’usine Dassault Aviation, dans le cadre d’une soirée que l’avionneur de prestige. Comme l’indique le site Aerobuzz, « le positionnement du nouveau vaisseau-amiral est sans ambiguïté ».

    Le nouvel avion offrira le plus long rayon d’action (12.000 kilomètres), la plus longue cabine de la famille Falcon (13 mètres) ainsi que la plus grande variété d’aménagements intérieurs (plus de 30 configurations possibles) du marché des jets d’affaires. Dassault cible notamment la clientèle asiatique, qui a besoin d’autonomie.

    L’assemblage final et les tests du 8X se déroulent actuellement dans le hall ultramoderne Charles Lindbergh, bâtiment conçu initialement pour abriter la production du Falcon 7X. Pour mémoire, plusieurs dizaines d’appareils ont déjà été vendus depuis mai dernier et le vol inaugural reste prévu pour le premier trimestre 2015.

    Le président directeur général de Dassault Aviation, Eric Trappier, a également rappelé à plusieurs reprises tout au long de la soirée que le développement de l’entreprise s’inscrirait dans le renforcement du site de Mérignac. Les jets d’affaires représentent 70% de l’activité de Dassault Aviation, contre 30% seulement pour les activités militaires.

  • La société Dance Direct, spécialisée dans la vente par internet d’articles de danse, va emménager en janvier dans un local d'activités d'environ 950 m² situé rue Gay-Lussac, dans la zone du Phare. Dance Direct est implantée à Bordeaux depuis 2003.

    Cette implantation devrait entraîner la création d’une dizaine d’emplois. La transaction a été réalisée par Tourny Meyer.

  • Le conseil d’administration de la SPL Bordeaux Aéroparc s’est tenu dans le nouveau centre d’affaires Aeronum le jeudi 11 décembre. La réunion a notamment permis de faire le bilan des actions conduites en 2014.

    Pour le centre d’affaires de la rue Marcel Issartier, ce sont désormais 29 entreprises qui sont installées sur 1.500 m², pour un taux d’occupation de 98%. Et pour Aéronum (600 m²), le taux d’occupation s’élève déjà à 60%.

    L’action de la SPL s’est également traduite par l’implantation de plusieurs sous-traitants, par l’ouverture de Prodec Metal et par le lancement des projets Dassault Falcon Services, de la plate-forme logistique Daher Socata et par le cœur d’Aéroparc, qui devrait être en 2016 la vitrine et la place du village de la technopole.

    Le conseil d’administration s’est prolongé par l’inauguration du centre d’affaires Aéronum et de la conciergerie d’entreprises Cap Facility

  • Croissance en flèche pour Belco

    Le 16 décembre 2014

    La société Belco, spécialisée dans le négoce de café vert et implantée dans la zone du Phare (11 rue Faraday) depuis 2008, déménagera en octobre prochain dans de nouveaux locaux situés à 200 mètres des bâtiments actuels, au 28 rue François Arago.

    La forte croissance de l’entreprise, qui devrait enregistrer en 2014 un chiffre d’affaires de 25 millions d’euros (contre 5 millions en 2008), qui emploie 21 salariés et qui possède un stock de plus en plus volumineux, entraîne des besoins en surface plus importants, ce qui a motivé ce déménagement. La société quittera ainsi ses 900 m² pour emménager dans 2.200 m².

    Leader national dans le négoce de café vert, Belco propose plus de 350 références, commercialise 6.000 tonnes de café par an auprès de 850 torréfacteurs dans 17 pays européens et a diversifié son activité avec la création d’un centre de formation qui accueille 200 torréfacteurs par an.

    3 millions d’euros seront investis dans ce déménagement (2 millions pour l’acquisition et 1 million de travaux).

  • Filhet-Allard à l’honneur

    Le 15 décembre 2014

    Le prix de l’Aquitain de l’année, créé il y a une vingtaine d’années par la Jeune Chambre Economique de Bordeaux, qui récompense de « très belles histoires d’entreprises », selon Jean Bernard, président du groupe Bernard et président du jury, a été remis le 3 décembre dernier.

    Les trois finalistes girondins étaient mérignacais : Pascal Personne, directeur de l’aéroport, tout d’abord, qui a également reçu un prix spécial du jury, et dont Sud-Ouest a souligné le goût pour le développement territorial et Marc Péna, directeur général de Péna Métaux, entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets.

    Mais c’est surtout Franck Allard, Président directeur général du courtier en assurances Filhet-Allard, qui a reçu le prix d’Aquitain de l’année. Fils du fondateur Jacques Allard, Franck Allard devrait transmettre les rênes de l’entreprise à son fils Grégory dans le courant de l’année prochaine.

  • Suite à la vente de l’aéroport de Toulouse-Blagnac à un consortium sino-canadien, Alain Anziani, Sénateur-Maire de Mérignac et Marie Récalde, Députée de la 6ème circonscription de la Gironde, adjointe au Maire déléguée à l’innovation ont souhaité se positionner par voie de presse, le 5 décembre dernier, sur les choix stratégiques qui concernent l’aéroport de Mérignac.

    Alain Anziani et Marie Récalde ont en effet rappelé que l’aéroport de Mérignac était le seul, parmi les grands aéroports français, à concilier une fonction civile et militaire. La présence en bord de piste de 3.000 militaires, du Commandement des Forces Aériennes et d’une usine de Dassault Aviation où sont assemblés nos avions Rafale, lui confère une dimension stratégique particulière. Sa place déterminante pour la sécurité nationale est un obstacle à l’ouverture du capital à des opérateurs étrangers.

    Alain Juppé, Maire de Bordeaux, et Pierre Goguet, Président de la Chambre de commerce, ont ensuite soutenu cette prise de position. Pour mémoire, les cinq collectivités locales actionnaires s’étaient déjà mobilisées en 2011 et 2012 pour bloquer le processus de privatisation alors en cours.

    Alain Anziani vient par ailleurs d’écrire à Pierre-René Lemas, président de la Caisse des dépôts et consignations,  pour envisager l’entrée de la CDC dans le capital.

  • Alain Anziani, Maire, Marie Récalde, adjointe au maire déléguée à l’innovation, Jean-Marc Guillembet, adjoint au Maire délégué au développement économique, ont tenu mardi 2 décembre un point presse économique pour faire le bilan des...

  • Gros succès pour MediSpace, le colloque dédié au transfert de technologies du spatial vers le médical organisé par Bordeaux Technowest.

    Pour cette deuxième édition qui se déroule actuellement à la maison des associations, 160 participants, 6 conférences, 1 table ronde et près de 350 rendez-vous business ont été enregistrés.

    Grands donneurs d’ordres, PME, TPE et start-ups du domaine aéronautique comme médical et originaires de toute la France (60% Aquitains, 30% Midi-Pyrénées, 10% Ile-de-France) sont représentés.

  • Dans le cadre de son partenariat avec Innoveox, le groupe lyonnais Eras vient d'ouvrir un nouvel établissement à Mérignac, au 14, avenue Neil Armstrong. L'entreprise, qui accompagne les entreprises dans l'amélioration des performances de leurs sites de production, et le management de leurs investissements industriels, emploie 500 personnes et a réalisé 50 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013.

    L'objectif d'Eras est de réaliser un million d'euros de chiffre d'affaires et de recruter 3 personnes la première année, prioritairement sur les secteurs de la chimie, des sciences de la vie et de l'agroalimentaire.

  • Eric Trappier, président-directeur général de Dassault Aviation, a officialisé, vendredi 21 novembre, l'implantation à Mérignac d'un nouveau centre de maintenance de 7.200 m², qui permettra d'accueillir les Falcon 7 X, 8 X et 5 X. Cette nouvelle unité, qui viendra en support du centre du Bourget, sera donc spécialisée dans les modèles haut de gamme. Son entrée en service coïncidera avec les premières révisions des Falcon 7X.

    L'annonce de la création de ce centre Dassault Falcon Service (filiale à 100% de Dassault Aviation) était attendue depuis la promesse de cession par Sabena Technics, le 6 juin dernier, d'un terrain de 10 hectares situé en bord des pistes de l'aéroport. Le nouveau centre pourra accueillir, simultanément, six Falcon pour un service très haut de gamme. Plus de 230 Falcon 7 X volent actuellement dans le monde et les plus anciens d'entre eux nécessiteront une révision complète à compter de 2016.

    Le montant estimé pour l'investissement se situe entre 12 et 15 millions d'euros. Eric Trappier a par ailleurs confirmé que ce nouveau centre entraînera la création de 100 emplois. D'après Dassault Aviation, le choix de l'emplacement a été dicté par la qualité de la main d'œuvre, la densité du tissu des sous-traitants de la région, les synergies avec ses propres usines d'assemblage et l'accompagnement fort de la ville sur ce dossier. L'ouverture est prévue pour septembre 2016.

  • Le campus Thales avance

    Le 28 novembre 2014

    C'est le groupe toulousain GA qui a finalement été préféré à Vinci pour la réalisation du futur site de Thales, dont la livraison reste prévue pour fin 2016. Créé en 1875, le groupe GA est spécialisé dans la construction, la promotion et la gestion dans l'immobilier d'entreprise. L'entreprise a réalisé 210 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013 et compte 420 collaborateurs.

    Conçu comme un campus par l'agence d'architectes parisienne Jean-Philippe Le Covec, l'ensemble baptisé Air Innov' se composera de huit bâtiments : six accueillant des bureaux, un destiné à l'accueil et aux services (restaurant d'entreprises, business center, conciergerie, etc.) et un dernier regroupant les équipements techniques du site. Le site de 18 hectares accueillera par ailleurs un parc de stationnement végétalisé de 1.700 places.

    Après l'obtention du permis de construire en juin dernier, Thales a démarré les travaux de défrichement le 1er septembre, ils ont duré six semaines. Les 16 hectares de terrain ont été découpés en six zones, de manière à échelonner les actions de débroussaillage et de déboisement. GA annonce 18 mois de travaux.